Titre 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre reflexologue pourra vous aider (sans les effets secondaires indésirables) à réduire vos douleurs grâce à l’association de plusieurs techniques reconnues pour leur efficacité

 

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que la douleur?

L’Association internationale pour l’étude de la douleur note que la douleur est « une expérience sensorielle et émotionnelle déplaisante associée au dommage actuel ou potentiel des tissus ».

La douleur est très personnelle et subjective. Contrairement à la fièvre, pour laquelle un thermomètre peut indiquer si vous faites beaucoup de température, il n’y a aucune façon objective de mesurer la douleur que vous éprouvez.

Comment sentons-nous la douleur?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous ressentez la douleur? Habituellement, la douleur est le système d’avertissement de votre corps. Elle vous prévient que quelque chose ne va pas. Les cellules nerveuses, également appelées « neurones », transmettent les signaux de vos cinq sens vers votre cerveau. Certains neurones, appelés « nocicepteurs », se spécialisent à lancer des signaux de douleur.

Ces neurones de la douleur se trouvent dans toute votre peau et dans tous les autres tissus de votre organisme. Lorsque les neurones de la douleur sont stimulés, ils lancent des signaux électriques et chimiques à travers les nerfs de la moelle épinière jusqu’à votre cerveau qui les interprète comme de la douleur.

Quels sont les différents types de douleur?

Tout le monde a fait l’expérience de la douleur. Cela peut avoir été de la douleur aiguë, comme celle provenant d’une aiguille ou d’une coupure, ou encore de la douleur chronique due à un problème persistant, comme l’arthrite.

La douleur aiguë

La douleur aiguë est appelée douleur « ordinaire » ou « nociceptive ». C’est celle que vous ressentez lorsque vos nerfs lancent des messages à partir des tissus blessés de votre organisme.

Tout le monde a ressenti de la douleur aiguë. C’est le type de douleur que vous éprouvez lorsqu’on vous pique pour une analyse de sang ou lorsque vous vous faites une entorse à une cheville.

Cette douleur est temporaire; elle dure de quelques minutes à plusieurs semaines. La douleur aiguë disparaît avec la guérison et elle se traite d’habitude facilement. Elle peut souvent être soignée par une approche simple utilisant des médicaments, des moyens physiques (chaleur, froid, repos) ou des stratégies psychologiques (distractions, respirations profondes).

La douleur aiguë est utile, parce qu’elle vous empêche de vous blesser. La douleur aiguë vous alerte à propos d’un dommage actuel ou imminent. Par exemple, si vous marchiez pieds nus sur un morceau de verre, votre cerveau reconnaîtrait rapidement la douleur et vous avertirait d’enlever votre pied. Vous sauriez également que vous pourriez avoir besoin de soins médicaux. De cette manière, la douleur aiguë peut vous aider à vous protéger contre des situations nocives.

La douleur chronique

La douleur chronique est une douleur qui dure depuis au moins trois mois. La douleur chronique est également toute douleur récurrente qui apparaît au moins trois fois en trois mois. La douleur chronique peut être :

  • persistante : douleur continue

  • récurrente : fréquents épisodes de douleur comme les maux de tête

Contrairement à la douleur aiguë, la douleur chronique n’a aucun objectif utile; c’est une réponse prolongée et anormale à une blessure.

Vous pouvez la considérer comme un mauvais fonctionnement du système d’alarme de votre corps, qui lance des signaux de danger sans raison valable.

La douleur chronique peut être associée à des maladies comme l’arthrite et le cancer, ou elle peut tout simplement se produire sans raison connue (idiopathique).

À la différence de la douleur aiguë, la douleur chronique ne sert pas à grand-chose sauf de rappeler à la personne que sa maladie est continue et qu’elle exige un traitement permanent.

La plupart des gens qui sont aux prises avec la douleur souffrent de douleur chronique. Il faut la gérer minutieusement pour améliorer le fonctionnement. Elle est généralement plus difficile à traiter que la douleur aiguë, et elle exige une approche multimodale.

 Il y a deux types de douleur chronique : la douleur nociceptive et la douleur neuropathique.

La douleur nociceptive

La douleur nociceptive est le type de douleur chronique le plus fréquent. C’est celle que vous ressentez quand vos nerfs lancent des messages à partir des tissus blessés ou irrités. Elle peut être causée par la pression, par des températures extrêmement chaudes ou froides, ou par des signaux chimiques envoyés par certains tissus en réponse à une blessure, par exemple, par des articulations endommagées par l’arthrite ou par des muscles douloureux à cause d’une tension chronique.

La douleur neuropathique

L’autre type de douleur chronique est la douleur neuropathique. Cette douleur chronique n’est pas causée par des nerfs qui transmettent des messages au cerveau que des tissus sont blessés ou irrités. La douleur neuropathique est plutôt causée par un dommage à un nerf ou par un problème du système nerveux.

Les nerfs endommagés lancent des messages anormaux de douleur au cerveau.

La douleur neuropathique est difficile à diagnostiquer, étant donné qu’il n’y a souvent aucun signe de maladie. Le problème vient du nerf lui-même ou du cerveau.

Ce type de douleur est également plus difficile à traiter que la douleur nociceptive. Par exemple, cela peut être une sensation de brûlure qui provient du zona (une infection qui affecte les nerfs de la douleur) ou la douleur du membre fantôme (dans laquelle un membre amputé continue à faire mal).

Certaines personnes souffrant de douleur chronique peuvent éprouver à la fois de la douleur nociceptive et de la douleur neuropathique. On l’appelle alors la « douleur mixte ».

Douleurs +.PNG